jeudi 13 août 2009

SORTIE DU NOUVEAU ROMAN D'ELODIE CHESTONE

Entretiens d'une nuit d'Elodie Chestone vient de paraitre aux éditions edilivre.
Savoir les morts pour mieux vivre. Comprendre cette inconnue que reste la mère avant d'en devenir une. Exorciser les souffrances passées. Autant de thèmes que l'auteur aborde dans ce premier roman, œuvre féminine à l'ambiance onirique et à la portée initiatique.


Que ce soit avec sensibilité ou avec violence, l'écriture romanesque retrace en effet la maturation d'une jeune femme, qui doit faire le deuil des douleurs de l'enfance pour mieux devenir mère. Une œuvre où rêve et réminiscence, vie et mort, présent et passé s'entrelacent pour permettre une renaissance féminine.


"Au bord de la crise existentielle, emmurée dans l'incompréhension de son entourage Berryl, jeune femme de trente ans et enceinte de sept mois, décide de prendre la poudre d'escampette et de partir seule. Laissant sa destination aux bons soins du hasard, elle se retrouve harassée, épuisée, proche de l'implosion dans une petite auberge cancalaise où elle reçoit l'affection de Diane, femme mûre qui éveille chez elle le souvenir de sa mère trop tôt disparue.
Dès lors, ce voyage géographique se transforme en quête spirituelle et mémorielle où la future mère, aidée par cette singulière sage-femme des âmes, tentera de se reconstruire et de renouer avec une histoire familiale douloureuse et lourde de secrets.
Grâce à cette rencontre exceptionnelle, Berryl va passer d'un état d'incompréhension et de colère vis à vis de son histoire personnelle et du monde extérieur, à un stade apaisé où l'acceptation et la mise en pratique de savoirs ancestraux vont lui permettre d'envisager une vie d'amour et de bonheur.
Mais pour y parvenir, il lui faut prendre conscience de la dimension verticale de l'être et du mécanisme tortueux de la colère pour donner naissance à son être véritable. Plus que de poser un sens à sa vie, cette découverte de son moi profond va lui procurer la base fondamentale de son existence en lien direct avec son énergie vitale et ses véritables besoins, lui permettant ainsi d'accéder au motif spirituel de sa naissance au sein de sa famille.
Berryl va ainsi remonter la source du temps et le fil des générations, pour parvenir à comprendre ces êtres à l'histoire obscure et nébuleuse que sont ces parents. "


Entretiens d'une nuit offre aux lecteurs une initiation à la découverte de soi, une promenade qui, de l'incertitude, les conduit à l'accueil et l'acceptation dans la joie, la paix et la douceur de ce qui est ici et maintenant.
Basé sur des faits réels et une expérience directe, on assiste au cheminement et à l'éclosion de l'héroïne partie sans le savoir en quête d'elle même et du sens possible de son existence parsemée de tragédies familiales.


Extraits :


"Depuis que vous êtes partis, je n'ai de cesse de trouver un sens à tout ce cataclysme, de trouver une issue, une sortie pour retrouver celle que j'étais avant que tout ce drame ne commence. Je voudrais que vous soyez là pour me sortir de là mais plus jamais je n'entendrai votre voix pour me montrer le chemin.

Alors je me laisse aller aux souvenirs, toujours les mêmes.

J'ouvre la porte à mon passé. Et il s'engouffre, me submerge, me noie.

Il joue de ma détresse, de mon désespoir.


De guerre lasse, je le laisse faire, je suis prête à rendre les armes, à capituler.
Je le regarde engloutir mon corps, prendre possession de ma conscience.

J'accepte la pénétration, je le laisse endolorir mon corps. Docile, j'accueille la souffrance. Dans mon abandon, je garde mes yeux clos pour laisser à cet ébat un moment d'intimité, d'intensité obscure.

Sous mes paupières, mes prunelles étincellent comme les lueurs d'un candélabre, compagnon de fortune idéal pour ce tête à tête amoureux et qui projetterait sur les murs de ma prison les ombres terrifiantes de cet assaut.

On m'y distinguerait couchée, enlacée, maîtrisée passionnellement par un matador en mal de vivre tourmentant sa proie, prisonnière d'une arène en furie. Puis il s'allongerait sur moi, soufflant des râles rauques dans mon cou et cherchant désespérément à coups de hallebardes, une prise de possession de mon être pour me soumettre à sa volonté, à son exigence: celles de se rappeler à ma mémoire, à mes souvenirs, d'exister dans mon présent, d'obnubiler chacune de mes pensées. Par petits coups rapides et experts de la pointe de son poignard, il laisserait sur mon corps l'emprunte ciselée de sa folie de n'être jamais oublié.


Et puis tout d'un coup, je me redresserais, et d'une main plaqué sur son front en sueur je le repousserais telle une déesse, avec virulence.


Il vacillerait, tomberait en arrière, me regarderait en gémissant et tandis que je panserais mes plaies, il me supplierait de le laisser continuer. Je le dévisagerais avec mépris et d'un doigt tendu vers l'invisible, je le sommerais de déguerpir.


Que de fois, j'ai raccompagné mon passé aux portes de ma conscience en le priant de ne jamais se représenter. Que de fois je lui ai montré le chemin de la sortie.


Que de fois finissant par céder à ses complaintes envoûtantes, j'ouvrais la porte et voyais s'écouler dans un torrent déchaîné, le flot de ces quatre années dans lequel mes parents se sont suivis dans la mort…


Que de fois j'ai refermé cette porte en la claquant, en y mettant un cadenas dont je jetais au loin la clef.


Que de fois, mon matador a pleuré derrière la porte et m'a chanté ses suppliques. Alors tout en me bouchant les oreilles pour ne plus entendre ses lamentations, je me réfugiais dans les profondeurs chaudes de mon inconscience, pour oublier ce qui a été, pour effacer ce qui est, pour m'oublier moi même.

Oublier ce qui est, effacer ce qui est, s'oublier, réinventer une autre histoire et se rendre compte que c'est trop tard. Partir et s'égarer, vibrer au rythme du passé, perdre le contrôle, s'étourdir le souffle chaud, la respiration rapide. Se noyer dans le chagrin, dans les larmes. Et puis capituler, ouvrir la porte aux souvenirs et réaliser que l'histoire est et sera pour toujours ainsi… "


--
Contact Presse:
ELODIE CHESTONE

elodiechestone@yahoo.fr
http://elodie-chestone.over-blog.com/

--

Communiqué envoyé le 13.08.2009 20:51:45 via le site Categorynet.com dans la rubrique Littérature

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire