dimanche 28 février 2010

Sortie du livre « Steve Jobs, le créateur qui a changé nos vies »

Sortie du livre « Steve Jobs, le créateur qui a changé nos vies »
Daniel Ichbiah
Editions 52
Mars 2010

« Je suis passé de la misère à la fortune dans le chagrin de la nuit
Dans la violence d'un rêve d'été, dans la froideur d'une lumière d'hiver,
Dans la danse amère de la solitude engloutie par l'espace,
D<ans le miroir brisé de l'innocence perceptible sur chaque visage oublié. »
Sans doute Steve Jobs se reconnaît-il dans ces vers écrits par un poète qu'il adule : Bob Dylan...
En réalité, les similitudes sont frappantes entre ces deux personnages. Et ces mots que j'ai écrits à propos de Bob Dylan pourraient aisément s'appliquer à Steve Jobs :
« Q'on l'aime ou non semble être le cadet de ses soucis. Authentique jusqu'à la moelle, il n'a de compte à rendre à personne. Il s'exprime comme il respire, énonce ce qu'il a dire comme il l'entend. »
Steve Jobs est de cette trempe. Obstiné, têtu, sûr de son fait.
C'est à cette force de conviction hors du commun que nous devons des objets entrés dans la légende tels le Macintosh, l'iPod, l'iPhone… Jobs a souvent navigué à contre-courant, imposé ses vues malgré les résistances du marketing d'Apple.
Dans le livre « Steve Jobs, le créateur qui a changé nos vies » (Editions 52), j'ai voulu faire ressortir la complexité de ce personnage hors norme.
En effet, s'il est doté d'une vision de génie, Jobs peut parfois aussi se tromper :
. C'est Steve Jobs lui-même qui a failli couler Apple après avoir lancé le Macintosh en imposant des choix techniques incohérents.
. À l'origine, Steve Jobs ne voulait pas que l'iPod fonctionne avec les PC !
Il en est ainsi : le plus grand génie de l'informatique a longtemps été désavantagé par ses propres excès, ses propres lubies. Du pain béni pour son concurrent de toujours, un autre génie du nom de Bill Gates !…
Au niveau personnel, le personnage échappe tout autant à une analyse immédiate :
. À 23 ans, il refuse de reconnaître la paternité de sa fille Lisa ¾ il va se rapprocher d'elle plus tard.
. Lorsqu'il apprend qu'il est atteint d'un cancer, il tente de se soigner par un régime alimentaire végétarien.

Chassé d'Apple comme un malpropre, Steve Jobs a réussi un come back retentissant. Et gagné un peu de sagesse au passage. Juste assez pour décliner des œuvres qui marquent leur époque tels l'iPod et l'iPhone. Aujourd'hui, il est devenu l'un des hommes les plus admirés au monde et sous son nouveau règne Apple, a vu son chiffre d'affaire passer de 5 à 170 milliards de dollars ?
Depuis l'année 2004, nous avons pourtant dû intégrer l'idée que Jobs appartenait bel et bien au royaume des éphémères. Du jour au lendemain, il a fallu affronter la perspective d'avoir tôt ou tard à nous dispenser de sa présence. Il n'en est devenu que plus précieux.
À une époque un peu trop chiche en personnages hors du commun, Steve Jobs a le mérite d'entretenir cette affection inapaisable du public envers les individus qui, à leur manière, tentent de changer le monde.
Présentation du livre : http://ichbiah.online.fr/stevejobs.htm

Contact presse : Sandrine Yot s.yot@shortcut.fr

--
Contact Presse:
Editions 52
Daniel Ichbiah

s.yot@shortcut.fr
http://ichbiah.online.fr/stevejobs.htm

--

Communiqué envoyé le 28.02.2010 14:05:01 via le site Categorynet.com dans la rubrique Littérature

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire